Interview : la supérette de Nadine et Alice !

Le 8 janvier 2018 à 10h15

L’équipe Fan a rencontré Alice et Nadine, respectivement 26 et 29 ans. Elles sont à Clermont-Ferrand et viennent de créer La Supérette. Pas de bons petits produits locaux dans cette entreprise qui, par contre, aide ceux qui en fabriquent à mieux les vendre. La Supérette c’est une agence de communication de proximité, plusieurs fois récompensée cette fin d'année : lauréate du Concours Jeunes Entreprises Exemplaires en novembre et des Trophées de l'Eco en décembre. Autour d’un café et d’un bon capuccino, Alice et Nadine ont répondu à nos questions.

Nadine, Alice, pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots ?

Alice : j’ai fait un DUT en communication et j’ai travaillé à la Scène Nationale Tarbes-Pyrénées, comme chargée de communication. La culture est une passion et c’est un beau sujet à porter pour un communicant. Après cette expérience, je suis arrivée à Clermont-Ferrand et en 2016, je me suis mis à la recherche d’une expérience professionnelle nouvelle. Et c’est là que j’ai rencontré Nadine.

Nadine : j’ai fait une licence en histoire de l’art et des arts du spectacle. Puis, je suis partie découvrir de nouveaux horizons à Limoges et c’est là que j’ai acquis une sensibilité pour l’enjeu « durable » à travers des études en géographie, spécialité « construction et gestion des territoires durables ». Un enjeu qui m’a suivi en revenant à Clermont-Ferrand. J’ai d'abord eu une première expérience professionnelle comme communicante, auprès de la Ligue pour la Protection des Oiseaux. Cela m’a donné goût pour ce métier qui m’a amené à créer Cultive ta com’ plus tard et La Supérette aujourd'hui. Bref, d’en faire mon métier.

 

Justement, avant La Supérette, il y a eu Cultive ta com’, peux-tu nous en dire quelques mots ?

Nadine : Lorsque j’ai pensé à créer mon activité, j’ai souhaité m’orienter vers une communication éthique et responsable. J’ai imaginé et développé mon projet sous logiciels libres, notamment aidée par l'Institut de l'Engagement, puis j’ai participé à l’appel à projets "Projets Up !" porté en 2015 par Auvergne Nouveau Monde* (*devenue Marque Auvergne aujourd’hui). J’ai bénéficié notamment de la médiatisation apportée par ce dispositif et mis en place une campagne de financement participatif, bouclée à  111% ! Avec Cultive ta com’, l’idée était d’apporter aux petites structures, un kit de communication responsable avec mes conseils et des outils libres.

 

Puis, vient après La Supérette. Kézako ?

Nadine : Après le lancement de Cultive ta com’, j’ai souhaité accélérer dans cette idée de Conseil en communication responsable mais je ne pouvais pas le faire seule. J’ai pensé à m’associer. C’est à l’occasion d’un événement organisé par Make Sense** , « le petit-déjeuner des gens qui changent le monde », que j’ai fait la rencontre d’Alice.

Alice : Nous avons appelé notre agence La Supérette car l’idée est de proposer un service de proximité, comme une supérette. Nos valeurs, c’est être disponible, réactive, facilement accessible à toutes les structures qui souhaitent ou ont l’habitude de communiquer. Notre proposition, c’est d’élaborer une communication responsable tout au long du processus. C’est-à-dire qu’en amont, on co-créé les campagnes avec nos clients puis tout du long du plan de communication, on éco-conçoit* la stratégie et les outils issus de nos recommandations intègrent la dynamique responsable en imprimant sur du papier recyclé et/ou PEFC, en évitant le gaspillage d'encre...

 

En septembre, vous avez emménagé dans les locaux d’Equinoxe à Chamalières. Vous pouvez nous présenter ce lieu ?

Alice : Equinoxe, c’est à mi-chemin entre la pépinière et le coworking. C’est un lieu qui est un véritable écosystème de la communication à lui tout seul.

Nadine : A Equinoxe, il y a des collègues de l'audiovisuel, du graphisme, de la 3D, de la programmation… et même un studio d’enregistrement. Il permet le travail collaboratif et d’avoir « tous les besoins sous la main ».

 

Avant de conclure, l’équipe Fan ne peut pas ne pas vous poser la question. Alice, Nadine, vous êtes Fan de quoi en Auvergne ?

Nadine : Je suis fan de la Damocha, parce que je suis trompettiste dans le Ktipietok Orkestar et c’est là que je répète. C’est un lieu où on se sent bien.

Alice : Je suis auvergnate d’adoption et je peux dire que ça a matché en arrivant à Clermont-Ferrand ! En Auvergne, j’aime tout : les paysages, la montagne et les bons fromages.

 

Et vous êtes Fan de qui (à part de Fan Auvergne) ?

Nadine : Malorie de l’Armoire à Cuillère*. J’adore son univers, sa cuisine et en même temps son humilité. J’aime passer du temps en discutant avec Malorie, autour d’un chocolat chaud.

Alice : Lucie et Lucie, les créatrices de la Cravate Solidaire ou alors Jérémy et Jean de l’Apéretik. Leurs projets sont pour le coup très responsables. Ce sont des personnes qui ont la pêche et qui donnent envie d’avoir des projets.

 

Vous pouvez suivre les actualités de Nadine et Alice sur leur page facebook Agence Supérette

 

 

La rédaction Fan

fan-access@cmmc.fr

 

*eco-conception : prise en compte du cycle de vie de la campagne, de l'idée à la diffusion jusqu'à sa fin de vie.

**MakeSense est une association de loi 1901 créée en août 2011 avec comme objectif de promouvoir l'entrepreneuriat social par tous moyens auprès du grand public et des professionnels.